Qui sommes nous ?

Confronter les musiques savantes et les musiques populaires de l’époque baroque en les analysant dans leurs milieux respectifs.
Replacer dans une perspective historique les échanges incessants qu’on observe entre les Salons, les théâtres de foires, Paris et les provinces.
Observer la circulation des répertoires en dépouillant les partitions imprimées mais aussi les recueils manuscrits que l’on peut retrouver dans les bibliothèques.
Tel est l’objet des recherches de la structure associative, La Vielle dans tous ses états.

À partir d’un travail entamé en région Centre par Françoise Bois Poteur dès 1987 sur le répertoire des instruments à bourdons, et plus précisément sur celui de la vielle à roue, notre activité s’est peu à peu élargie.

Voulant comprendre le répertoire traditionnel tel que nous l’a transmis le XIXe siècle, nous sommes allés en chercher les sources dans ce qui s’était passé au XVIIIe siècle. Ayant découvert d’abord à Paris (Bibliothèque Nationale de France, bibliothèque de l’Arsenal), puis en Provence tout un corpus passionnant, nous décidons de créer une base de données nous permettant de l’analyser (Cythère) mais aussi de faire revivre ces musiques anonymes et un peu oubliées par la vogue de la musique baroque. Pour ce faire, nous étudions le contexte socio-historique dans lequel étaient pratiqués les différents répertoires et nous commençons alors à constituer une banque de données réunissant les synthèses élaborées à chaque fois qu’un spectacle ou une conférence nous amène à traiter un sujet (Anekdota).

La diffusion devient donc pour nous indissociable de la recherche. Divers ensembles sont créés (Les Enfans de Cythère en 1997, FrancescaFé en 2002), et entre 2002 et 2014, nous avons organisé un festival à Saint-Cézaire-sur-Siagne (Alpes maritimes). Depuis 2015, nous avons créé pour le remplacer, un Centre Études et Diffusion du Patrimoine Immatériel (CEDPI).

Au fur et à mesure que la recherche avance et que nous nous penchons sur la circulation de notre répertoire en France, en Europe et jusque dans le Nouveau Monde, nous concevons des spectacles toujours différents, permettant d’aborder ces musiques sous tous les angles en les mettant en situation et nous partageons ainsi avec le public les plaisirs des divertissements de l’époque baroque.