Musiques populaires et musiques savantes au XVIIIe siècle
recherche et diffusion
 1/13  
RECHERCHES SUR LES RAPPORTS ENTRE LES MUSIQUES SAVANTES
ET LES MUSIQUES POPULAIRES DES XVIIIe ET XIXe SIÈCLES
APRÈS ÉTUDE DU RÉPERTOIRE POUR INSTRUMENTS À BOURDONS
Introduction
Les réflexions que nous pouvons avancer dans l'état actuel de nos recherches ne peuvent être faites qu'après une étude très approfondie sur l'époque historique, les mentalités sociales et le goût esthétique de la fin du XVIIe et de la première moitié du XVIIIe siècle dans toute la France et plus particulièrement au niveau de la capitale. Cette étude va nous permettre de mieux comprendre l'engouement qu'ont suscité certains instruments de musique comme les instruments à bourdons, de déterminer les différents styles musicaux existant à l'époque et de préciser la classe sociale ayant contribué à véhiculer ce répertoire.
Nous avons commencé à inventorier tout le fonds musical écrit pour ces instruments mais, très vite, nous nous sommes aperçue que la plus importante partie du répertoire joué sur ces instruments n'a pas été forcément écrite initialement pour eux, il n'y a eu que phénomène de "parodie". Ce fait nous a évidement éloignée de ces instruments et des régions qui, à nos yeux aujourd'hui ont comme symbole traditionnel la vielle à roue et les cornemuses.
Nous allons donc étudier tout d'abord le contexte du XVIIIe siècle et la place de ces instruments, en précisant les sources sur lesquelles nous avons travaillé, leur dépouillement et en présentant le cadre historique et social. Nous y aborderons les passerelles qui pouvaient exister au XVIIIe siècle entre le milieu de musique de cour et celui où circulaient les "timbres" à la mode, nous nous baserons pour cela sur quelques exemples musicaux.
Puis, toujours à partir d'exemples nous exposerons les rapports qu'il peut y avoir avec les différentes régions :
* à travers les titres du XVIIIe siècle;
* à travers des comparaisons effectuées entre airs du répertoire "traditionnel" et certains airs transcrits à la période que nous étudions.
Ceux-ci nous sont arrivés :
- soit par l'oralité (parfois grâce à la danse) ;
- soit par l'écriture pour tous les airs qui ont servi au répertoire religieux.
Ces airs ne déterminent pas toujours d'une manière précise une région, on peut rencontrer le même "timbre" dans plusieurs lieux sous différentes versions (surtout en ce qui concerne les paroles), c'est le cas pour les mélodies constituant le fonds de chansons enfantines.
Une région a joué un très grand rôle par ses fameux "Noëls" : la Provence.
Enfin, nous proposerons quelques réflexions d'ordre général.
 1/13
  CONTACT  : Courriel / tél. +33 (0)6 18 96 64 42 / site http://www.centrepatrimoineimmateriel.fr